Ce que je veux vraiment

22:06

Dans mon précédent article "Et si je m'étais plantée?", je vous présentais mes doutes concernant mon projet de création de marque de thé et cette prise de conscience qui en a suivie.


Cette prise de conscience s'est faite à deux niveaux :

- Mon projet est-il réellement réalisable tel que je l'ai conçu à ce jour?
- Ce projet représente-t-il ce que je veux vraiment?

Et c'est de ce second questionnement que je souhaitais vous parler aujourd'hui.



Au début : une idée

Il y a de cela 1 an, je m'étais questionné sur ce que je souhaitais réaliser dans ma vie, professionnellement. Je suis travailleuse sociale, mais j'ai toujours dit que je ne le serai pas toute ma vie, que je me dirigerai vers un autre métier un jour. Lequel? <je n'en savais rien. Mais autre chose.
Mon fantasme depuis adolescente : ouvrir mon café librairie. J'avais déjà tenté de monter ce projet sur papier pour m'y confronter dans le réel. Et fantasme VS réalité il n'y a pas photo, un café librairie était un doux rêve qui m'allait bien tel quel.

Au printemps de l'année dernière, j'ai eu cette envie de me lancer dans l'entrepreneuriat, dans l'aventure de la création de marque et pas n'importe laquelle : ma marque de thé. 

Comme je vous le racontais dans cet article, la prise de conscience concernant mon projet de création de marque a été un peu violente. L'image qui l'illustre le mieux selon moi c'est celle d'une pièce sombre dans laquelle on s'est imaginé que cette forme là bas était un beau fauteuil, une grande armoire, ou encore une horloge ancienne et puis la lumière s'allume d'un coup et ce ne sont finalement que des cartons empilés les uns sur les autres. Vous pourrez éteindre à nouveau la lumière jamais plus vous n’imaginerez qu'il s'agit d'une armoire là bas au fond. Pas de retour en arrière possible. La lumière donc.

Et les questions

Ce projet n'est pas le bon tel qu'il est aujourd'hui, il n'est pas prêt. OK, ça je l’intègre. Mais ce n'est pas la seule question qui intervient à ce moment.

Pourquoi en avais-je tant besoin? Pourquoi me suis-je lancée dans ce projet? Pour me réaliser, pour entreprendre, pour être dynamique, pour réussir, pour suivre ce modèle de femme inspirante, pour moi aussi prendre un risque, pour avoir mon bébé, pour pouvoir m'investir à fond dans quelque chose qui me passionne et apprécier les résultats. J'avais envie de donner mon temps pour quelque chose auquel je croyais profondément. Quelque chose qui me serait personnel. Je pense que j'avais envie de pouvoir un jour être fière de cet entreprise.

Une entrepreneuse, moi?

Lorsque j'ai commencé à prendre réellement du recul sur mon projet d'entreprise, j'ai commencé à entrevoir mon futur rythme de vie. Mon poste de travailleuse sociale en journée, retour à la maison, 2h de travail en soirée pour gérer les mails, les commandes, la communication sur les réseaux, la mise à jour de la boutique en ligne. Une demi-journée le samedi consacrée à l'envoi des colis. Ne pas laisser le client plus de 48h sans réponse à ses mails. Etre disponible les week end et pendant les vacances.

C'est ce que je veux? Est-ce que je suis prête à ça? Des tas de femmes et d'hommes le font et s'en sortent très bien. Ce sont d'ailleurs les mêmes qui m'ont donné envie de me lancer, d'oser. Mais moi en suis-je capable et au fond surtout en ai-je réellement envie?

Ce que je veux vraiment

Et la question centrale à tout ça arrive : qu'est ce que je veux vraiment? Qu'est ce qui est important pour moi dans la vie? Quelle place je souhaite donner à mon travail?

J'aime mon temps libre, j'aime mes passions, j'aime le fait d'avoir un travail en accord avec mes valeurs et qui me permet de profiter pleinement de mes jours off. J'aime me dire que quand je suis en week end, je le suis réellement sans dossier du travail ramener à la maison. J'aime les petits bonheurs du quotidien et ma liberté. Profiter de mon amoureux, de ma famille et de mes amis. Actuellement, ma situation ne me permettrait pas de passer à temps partiel pour pouvoir développer mon projet d'entreprise, et je ne me sens pas prête dans la configuration actuelle à cumuler ces deux temps de travail, pas cette année en tout cas.

Je ne m'en étais en fait simplement pas rendue compte. Je m'étais tellement accrochée à mon projet comme LE projet qui allait me permettre de m'épanouir, de me libérer que je me pensais capable de tout. Lorsque j'ai pris un peu de recul et que j'ai commencé à le mettre en doute j'ai senti pointer en moi.... un léger soulagement.


Réussir dans la vie

Oui je l'avoue. J'admire les femmes qui entreprennent, j'admire ces filles qui vivent de leurs créations, de leurs idées, leur savoir-faire. Je rêve de faire partie de ces femmes. Mais pas maintenant. Ca ne colle pas à qui je suis actuellement et à ce que je veux réellement.

Je pense qu'inconsciemment j'ai voulu m'identifier à la notion de réussite  que je voyais chez les autres. Moi aussi j'avais envie de réussir dans la vie. Puis le raccourci, de réussir ma vie. Et c'est là mon erreur.

Instant confession

Je peux vous dire qu'écrire tout ça n'est pas une mince affaire pour moi. C'est un aveu et je me sens un petit peu honteuse. J'ai l'impression de publiquement me dégonfler comme une baudruche après 6 mois à travailler à la réalisation de mon projet de création de marque de thé. Après vos messages, vos encouragements, votre soutien, il est vraiment difficile pour moi de vous avouer que pour l'instant, à ce moment de ma vie je ne suis tout simplement pas prête. Je le serai peut être un jour mais une chose est sûre, si je viens à reprendre mon projet par la suite, ce ne sera plus seule. J'ai pu me rendre compte qu'il pourrait coller à un mode de vie qui me corresponde à condition que je partage la responsabilité de toutes les tâches liées à l'entreprise avec un ou une collaboratrice/associée.

Je ne sais pas si ce sont les 30 ans qui arriveront courant 2018 mais j'ai ce besoin de prendre du recul sur qui je suis et sur ce que je souhaite vraiment. 

J'espère que ce second article ne vous aura pas trop déçu. J'aimerais être source d'inspiration comme tant d'autres mais c'est aussi ça parfois les projets. Ca n'est jamais du temps gâché, ils nous en apprennent encore sur nous.

You Might Also Like

11 commentaires

  1. pense plus tôt à ta description, peut importe celle des autres. J’espère que 2018 te donnera les réponses à tes questions

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Leti. On se dit souvent : rester fidèle à soi même et parfois on ne sait plus toujours quelles sont nos réelles envies, qui est ce fameux soi-même. alors ces étapes de prise de recul font un bien fou et on a l'impression de se redécouvrir sous un autre angle :)
      Merci à toi pour ces jolis mots en tout cas. Passe une belle journée

      Supprimer
  2. Cet article me fait tellement pensé à celui là : http://www.carnetsparisiens.com/2018/01/08/bilan-2017-envies-pour-2018/
    et du coup à la vidéo de Natacha Birds aussi, sur l'entreprenariat, le côté girlboss tellement mis en avant qu'on en vient à croire que c'est notre rêve aussi !
    Mais finalement, ce n'est pas forcément tant le nôtre, et c'est mieux de se l'avouer avant d'y avoir mis toutes ses économies :)
    J'aime bien te lire !
    Alix

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Alix! Oui au final c'est plutôt bénéfique.
      Je ne connaissais pas l'article de carnets parisiens et je te remercie du partage parce que je l'ai trouvé super!
      Pour Natacha Birds, j'avais commencé à écrire cet article avant de découvrir sa vidéo, et quand je l'ai vue ça m'a fait un bien fou! C'est une fille que j'admire énormément et elle a vraiment su faire écho à ce que je pouvais ressentir à mon niveau.

      Supprimer
  3. Un article très touchant et réaliste. Il y a une sacré pression avec le nouveau modèle d'entrepreneur et de la "Girlboss" comme j'en parle aussi sur mon blog. On en oublie que si l'on est inspiré par certains modèles de réussite c'est justement par ce que ces personnes font quelque chose de différent, que l'on ne ferait pas, mais qui nous aide à nous épanouir... Bravo pour cette remise en question qui n'a pas du être facile. Je te souhaite le meilleur pour l'avenir :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te remercie beaucoup Lauriane!
      Je trouve que tes mots sonnent très juste au sujet de l'inspiration. On peut apprécier la réussite ou le talent des autres sans pour autant avoir à le vivre soi même. Chaque projet nous permet d'en apprendre un peu plus sur nous.
      Je te remercie ne tout cas de ton passage et te souhaite une très belle année

      Supprimer
  4. Ton article me parle énormément car je suis de l'autre côté du côté comme on pourrai appeler "girls bosse
    Alors oui je suis épanouie oui je vais de mes passions. Je travaille de chez moi et je suis mon propre patron !
    Mais à côté de ça il y a bcp bcp bcp de sacrifices.
    D'ailleurs je compte bien en faire un article un de ses jours, car en plus de partager mes réussites je partage aussi mes doutes mais je voudrai aussi partager ce que l'on ne voit pas. Pas de vacance, pas de wé, bcp d'heures de travail pas toujours rémunéré, des tâches ingrates comme la paperasse ou compta ... ... bref bcp de chose qui faut prendre en compte et que l'on ne voient pas forcément donc si franchement tu ne te sens pas prête attend . C'est vraiment une sage décision car même si c'est du bonheur c'est parfois dur aussi (en même temps comme pour tout ��)
    Bon courage et reculer c'est jamais négatif quand tu seras prête je te souhaite toutes la réussite

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Julia pour ce retour! Plus j'ai avancé dans mon projet plus j'ai pris conscience de la somme de travail réalisé par toutes ces entrepreneuses que j'admirais tellement. Et comme tu le dis si bien c'est une facette du métier dont on parle peu et qui est du coup bien moins reconnue. Pour l'instant je n'ai pas les épaules assez larges, les 6 mois que je viens de passer sur mon projet m'ont appris énormément de choses, m'ont permis d'échanger avec des personnes incroyables et ce sera une base sur laquelle m'appuyer si un jour je suis vraiment prête à me lancer :D
      Mille mercis pour ton partage en tout cas et je serai ravie de lire ton futur article!
      Belle journée à toi

      Supprimer
  5. WOW quel courage, bravo. Je trouve très couillu que tu écrives tout ça. Immense respect ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un grand merci Ornella! J'ai mis quelques temps avant de l'écrire, pour choisir mes mots, être au clair dans ma tête et pouvoir l'assumer complètement. Et puis avec des lectrices aussi bienveillantes que toi il ne m'en fallait pas tant de courage ;)

      Supprimer
  6. Un article d'une grande maturité qu'on devrait toutes et tous relayer.
    Bravo Clémentine pour cette prise de conscience.
    Et tu sais quoi? On est toutes un peu "girl boss" au fond, on gère chacune notre propre empire à notre propre manière ;)

    RépondreSupprimer

S'inscrire à la Newsletter

* indicates required